• Voulez vous méditer ?


    Voulez vous méditer ?<o:p></o:p>

    <o:p> 
    </o:p>Il y a beaucoup de personnes que Julien aimait bien, vivantes ou mortes, célèbres ou anonymes.

    Certaines lui étaient même très proches, très aimées, mais de là à être ou devenir « fan » de quelqu’un ?

    <o:p></o:p>Voir ses yeux s'arrondir en forme de soucoupes volantes, pousser des cris stridents au passage de l’idole chérie, pleurer abondamment, et devant caméras, à l’annonce de sa mort, laisser monter l’hystérie pendant les concerts, attendre des heures devant l’hôtel d’un acteur célèbre, collectionner les bibelots en tout genre ayant appartenu à…, il ne pouvait imaginer cela.

    <o:p></o:p>Beaucoup de personnes ne s’aiment pas, n’ont pas une haute opinion d’elles mêmes.

    <o:p></o:p>Elles se jugent insignifiantes ou banales, elles éprouvent le besoin de vivre par procuration, de vivre dans les fantasmes, dans les rêves, par le biais d'images idéalisées…

    <o:p></o:p>Soit !

    Mais comment envisager sérieusement qu'un être humain, fait, comme nous, de chair et de sang, de muscles et de viscères, devienne objet de culte, à l’égal d’une Divinité ?

    Cela, Julien  avait beaucoup de mal à l’admettre, même s’il en comprenait les raisons.

    A quoi sert donc la pensée ? La réflexion ? L’esprit ? La distance ? Le recul ? Bref, ce qui devrait faire de nous des êtres dits « supérieurs » ?

    <o:p></o:p>Comment un voisin, un semblable, un frère, peut il atteindre dans notre échelle de valeurs une place si élevée qu’il devienne d’un coup inaccessible, hors de portée, une abstraction, une étoile lointaine ?

    « L’homme est bien misérable ! » pensa t il.  Parfois, il lui semblait totalement improbable que ce que nous étions devenus au fil des années et des siècles représente un progrès.

    <o:p></o:p>Hier soir, à la télévision, il écoutait un moine bouddhiste vantant les vertus de la méditation. Il la définissait comme une gymnastique de l’esprit à l’image des exercices d'entretien du corps. Il s’étonnait d’ailleurs que le développement de nos facultés mentales soit aussi négligé alors que l’on vantait partout les vertus d'un corps sain et en bonne santé.

    <o:p></o:p>Ceux qui l’écoutaient, bien entendu, ne demandaient pas mieux que de s’instruire, mais ils attendaient que le moine leur donne quelques recettes simples.

    Questions du genre : « Faut il, pour méditer, prendre la position du lotus ? Se vider l’esprit ? Fermer les yeux ? »…

    Manque de chance, il n’y avait pas de recette simple.

    Sauf que la méditation est accessible à tous, que l’on peut la pratiquer n’importe où et n’importe quand, qu’il suffit, comme pour le corps, de le vouloir et de s’en tenir à une discipline etc….

    « Oui », pensait Julien… « Le vouloir… sauf que l’entretien de l’esprit isole celui qui le pratique. A force de s’entretenir l’esprit, on risque de devenir…moine ! »

    <o:p></o:p>Car ce que Julien n’avait pas entendu dans les réponses du saint homme, c’est qu’à force de cultiver son esprit avec constance et ténacité, beaucoup de fausses valeurs, essentiellement sociales, tombent et se volatilisent, comme des ballons dégonflés. Par exemple le culte de la réussite, le besoin de posséder, le désir éperdu de reconnaissance, la course à la richesse… et surtout, le seul souci de paraître au bénéfice de celui de l’être.

    <o:p></o:p>Et que, parvenu à ce point, il ne restait donc plus qu’à revêtir la robe de bure…

    Julien se dit alors que si un jour, l’entretien de l’esprit par la méditation devenait à la mode, les fondations de notre société dite « évoluée » risquaient fort de s’écrouler comme un château de cartes…

    Et cela, à la télévision, personne n’en voulait.

    On peut le comprendre….

    Etait ce pour cette raison que le moine n'avait rien dit ?

    Pourtant, sa condition et sa tenue vestimentaire paraissaient éloquentes...mais personne n'avait évoqué ce point...

    Julien en repensant aux idoles se dit qu'elles avaient encore de beaux jours devant elles et que les "fans", toujours plus nombreux, n'avaient pas fini d'en fabriquer…

    <o:p></o:p>Le veau d’or est toujours debout….

    -----------------------@------------------------

    « Emilie, la Pie Jolie….Déprime »

  • Commentaires

    1
    visiteur_furious4
    Mercredi 22 Octobre 2008 à 15:03
    Et oui julien le veau d'or est bel et bien debout et n'est apparament pas prêt de tomber puisqu'apparemment les gens ont ce besoin d'identification avec des personnes plus ou moins public!!!! certes il est bien dommage d'avoir ce besoin de représentation car bien des gens ne reconnaisent pas leur valeur ,mais peut être que la société actuelle fait que c ainsi cette société du paraitre qui te montre du doigt si tu ne lui ressemble pas !! encore merci julien pour ce moment agréable ...gros bizoussss ;o)
    2
    visiteur_Natacha
    Mercredi 22 Octobre 2008 à 19:23
    Eh oui, Julien, les peuples auront toujours besoin de veau d'or... D'entités auxquelles ils peuvent se raccrocher, comme à leurs certitudes... La plupart des gens ne sont pas près à affronter la réalité, tant il est vrai que cette réalité est parfois cruelle. Alors pour ne pas voir ce qu'est réellement le Monde dans lequel ils vivent, ils adorent (et peu importe ce qu'ils adorent, là n'est pas l'important)... Cette fanatisation leur permets de continuer à vivre leur bout de rêve en se disant que leur vie n'est pas si pourrie.... Et comme nous vivons dans un Monde hypermédiatisé et qui pratique l'abrutissement des masses (notamment en fabriquant des idoles), nous ne sommes pas près d'en sortir.... Merci mon Ju pour ta réflexion... Bisous...
    3
    visiteur_starleteoha
    Mercredi 22 Octobre 2008 à 21:47
    L'Homme est un loup pour l'homme, écrivait Thomas Hobbes.
    La société a fait de lui un être dépravé et " le bois dont l'homme est fait est si noueux qu'on ne peut y tailler des poutres bien droites " disait Kant.
    Je crois donc bien avoir résumé l'Homme au travers de ces 2 philosophes !
    La société n'appelle pas à la méditation mais à la médiation !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :