• Si tu t’appelles mélancolie…

     

     
     
    Si tu t’appelles mélancolie…
     
     
     
     

    Je te suis du regard….


    Je savais ta démarche assurée, ton long manteau d’hiver et tes bras, légèrement écartés du corps.


    Je te vois disparaître, chaque jour davantage, et je me vois debout, impuissant et très triste, posé sur le chemin de veille, les bras ballants, comme paralysé.


    Tu t’éloignes lentement, voyageuse dont je n’ai pas eu le temps de voir le visage.


    Comme d’habitude je devais rêver. Sans aucun doute… Je ne me souviens plus.


    Toujours ailleurs et nulle part, pensant à autre chose, absent au monde, sans cesse décalé.


    Et tant de belles choses, tant de jolis visages, tant de sourires engageants et sincères, sont ainsi passés dans ma vie que je n’ai pas su ou pas pu retenir.


    Un voile de plus en plus épais recouvre tes traits imaginaires, entrevus, embellis, désirés.


    J’ai dans l’esprit, alors que tu disparais, un demi sourire très doux, deux yeux humides et tendres qui me regardaient, une main tendue, hésitante, qui n’ose et qui renonce…


    Semblant regretter cette séparation, pourtant inéluctable.


    Rien ne dure ici bas… Un rêve chasse l’autre et chacun bout à bout, tisse notre vécu.


    N’empêche…


    Celui que l’on est en train de perdre, est toujours le plus beau…


    ------------------@---------------------


    « A ma Lilas, balinaise de son état...L'angoisse de la communication »

  • Commentaires

    1
    inclassable
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 14:34
    eeh oui!!!!!!!!
    2
    Julien Daumange Profil de Julien Daumange
    Samedi 16 Octobre 2010 à 14:39
    Soupir.... LOL !!!!!!!!!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :