• Lettre de Georges Brassens à Roger Toussenot (extrait)

     

    Je suis né pour aimer, pour passer dans la vie comme un étranger et pour être indifférent à ce que l’on me raconte. Tout ce que tu peux me faire comprendre, je l’ai déjà entendu dans un concert. Montre-nous des gens qui marchent, qui s’aiment, qui font des choses charmantes et bêtes comme la vie, des moulins qui tournent… Sers-toi de l’absurde comme d’un bloc de marbre. Crée des images. Elles contiennent toutes les pensées, tous les axiomes possibles, tous les aphorismes. Bien sûr, tu me diras qu’un aphorisme est une image intérieure, et je le conçois fort bien. Mais 200 aphorismes font un traité de philosophie ou un livre de haute morale. Même Gide est un moraliste. Il énonce des idées, des justifications, il transforme la notion de plaisir en une notion de devoir ; il se croit obligé (noblesse oblige) de critiquer, de comparer, de créer des critères. Or, je l’aime mieux quand il s’agenouille au hasard et ne cherche plus Dieu, se disant que Dieu est partout. Rimbaud nous bouleverse plus qu’André Breton. Pourquoi ? Parce qu’il chante et n’apprend rien à personne. Si révélation il y a dans sa poésie, il ne s’en préoccupe pas d’une façon dialecticienne. Tu disais toi-même : « Les fruits nous consolent et les idées nous désespèrent. » Alors, nous sommes d’accord ? Excuse-moi, mon vieux, de te donner des conseils. Lettre de Georges Brassens à Roger Toussenot (extrait)

    Lettre de Georges Brassens à Roger Toussenot (extrait)

    ***************

    « A ma Liloo... disparuePoéte »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :