• Les fruits succulents du désir

     

     
     

    Les fruits du désir

     

    Dieu a donné à l'homme tout ce qu'il faut, afin qu'il puisse s'unir à la femme, et que cela se fasse, s'ils sont suffisamment intelligents pour cela, dans un plaisir partagé.

    Il est donc naturel que, complémentaires, ils s’amusent à deux.

    Écrivons donc à deux nos partitions érotiques...

    Veux tu que j’écrive la basse et toi les aigus ?...

    Ou bien préfères tu l'inverse ?

    Le sexe est un jeu.

    C’est le moyen le plus abouti que la vie nous offre de profiter ensemble de l’extase que procure la montée du désir.

    Un jeu dangereux cependant, car délicat et ambigu, comme tout ce qui peut devenir grandiose.

    Désirant, on marche au bord du précipice, on y joue parfois sa vie… C’est excitant mais gare au vertige !… On se perd facilement dans l’autre, si l’on n’y prend pas garde.

    Les pièges sont nombreux.

    J’ai succombé à pas mal d’entre eux et, à force d’erreurs, j’ai compris que la seule façon de profiter des fruits succulents du désir, c’était encore d’avancer en s’assurant en permanence que l’on était suivi.

    Si l’on oublie, à quelque moment que ce soit, son ou sa partenaire, si on le perd en route, si on se laisse trop facilement griser par la marée montante, , l’explosion finale nous laissera toujours insatisfaits.

    J'aime les femmes.

    J'ai tellement envie qu'elles me donnent le meilleur d'elles mêmes que j’ai fini par comprendre et par accepter que la seule façon d’obtenir cela d’elles, c’est de rester attentif à leurs réactions, de ne pas cesser un instant d’être à l'écoute de leur corps, de leur plaisir et de leur déplaisir.

    Rester humble, en toute circonstance.

    Avancer certes, d’un bon pas, mais toujours en suivant une ligne de chant.

    Ne pas trop s’écouter soi même, bêtement et surtout bannir toute idée de course ou de compétition…

    J’observe, sans me lasser, tes réactions ma douce. J’analyse chacun de tes soupirs, chacun de tes mots, et surtout, chacun de tes silences.

    Tout me parle de toi.

    J'aime le sexe...

    Et quand on aime quelque chose, on le sert… On ne s'en sert pas.

    On ne l'utilise pas pour son simple plaisir, ce que font hélas 99% des hommes.

    J'ai appris cela par la pratique du piano, après beaucoup d'heures d’exercices et d’impatience, à vouloir m’emparer de ces sonorités que j’avais envie d’entendre.

    J’ai appris cette chose simple, si simple que forcement elle m'échappait…

    J’ai appris que mon piano ne me rendrait jamais que ce que je lui donne. Que si je le caresse avec attention, il me restituera de la musique. Mais si je continue à lui taper dessus, il ne me rendra jamais que du bruit.

    C’est tellement simple que beaucoup de « musiciens » hélas, ne l'apprendront jamais.

    Bon, je vais peaufiner mon texte LOL ...

    -------------------@------------------

    « Idées du jourPhotos d'Art »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :