• Julien et Jonatan, la rencontre

     

    Julien et Jonatan. La rencontre…

     

     

    Ma rencontre avec Jonatan et le petit scandale qui a suivi, prirent la forme, selon les avis qui me sont parvenus, soit d’une mini marée noire pour certains, soit d’un petit pétard sans conséquence, pour d’autres. Pour moi, c’est couillon à dire, mais ça a changé ma vie….

     

    Dans ce jeu en ligne, il suffisait de créer son avatar et de choisir une profession, selon son niveau. Cultivateur, boulanger, boucher etc…Par le biais du commerce et des transactions, on progressait. Les plus riches et donc les plus avancés dans le jeu, pouvaient devenir banquiers ou bookmakers, d’autres, dont je faisais partie prenaient prétexte du jeu pour faire, par le biais de fax échangés, des connaissances.

     

    C’est ainsi que j’ai fait pris contact avec Jonatan, « le méchant ». Faut dire que moi, Julien, « le gentil », je m’ennuyais un peu.

     

    Je l’avais voulu très affable mon avatar, la plupart du temps souriant, ménageant « la chèvre et le chou » comme une personne avisée me l’avait gentiment fait remarquer un jour. Je ne cherchais à choquer personne. Répondant aux messages et respectant les règles du jeu. En somme, il me ressemblait, ou plutôt, comme on le verra par la suite, je voulais qu’il ressemble à cela.

     

    J’ai rencontré Jonatan en lisant son CV.

     

    Le CV d’un joueur, c’est sa présentation aux autres. En général, on donne une brève description de ses préférences, on tente pudiquement de parler de soi. On évoque sa famille,  ses amis, ses loisirs... On peut aussi ajouter des photos, des vidéos, des images… C’est en consultant les CV des joueurs que l’on choisit ou non de le contacter.

     

    Dans le CV de Jonatan, une remarque avait attiré mon attention.

     

    Il écrivait : «  Dans la vie, je m’emmerde. Ici, je vais sans doute m’emmerder aussi, mais on verra. J’y viens quand ça me chante, j’quitte quand je veux. Je communique peu. Quelques abrutis me sonnent de temps à autre auquels je ne réponds pas. Si vous avez autre chose à dire que des banalités, contactez moi ! »

     

    J’ai donc contacté Jonatan.

     

    Au fil de nos échanges, j’ai découvert un garçon d’environ 34 ans, chômeur dans la vie  réelle, licencié économique d’une boite en faillite, un peu écœuré de la vie en général, s’ennuyant, effectivement, ferme. Mais paradoxalement, pas si mal que ça dans sa peau, pétri de convictions, dont un certain nombre, pas si nulles que ça.

     

    Mais pointu. Très pointu. Fallait pas trop s’égarer. De l’humour à revendre mais derrière, une révolte saine, doté d’une répartie cinglante qui faisait souvent mouche.

     

    J’oubliais… doté d’un très grand appétit de vivre….

     

    Jonatan était passionné par le sexe. Attention ! Passionné, pas obsédé. Les obsédés sont des malades dépourvus d’imagination, les passionnés sont des artistes qui n’en manquent pas… Ce distinguo n’engageant que moi.

     

    Une idée m’est venue. J’ai proposé à mon nouvel ami que nous rédigions ensemble un CV pour lui. Comme il adorait le sexe, le sujet était tout trouvé. Ok, c’était parti !

     

    J’ai donc rédigé plusieurs projets. Comme je suis un mec plutôt pondéré, il a beaucoup critiqué mes esquisses. C’était toujours trop mou, pas assez direct, trop alambiqué. « Tu tournes autour du pot » me disait il après m’avoir lu. « Lâche toi ! C’est une bombe que je veux. Pas un pétard mouillé ! »

     

    « Mais n’oublie pas l’endroit ou nous sommes ! » rétorquais-je.

     

    Jonatan avait du mal à accepter une certaine censure. Mais il reconnut que s’il avait utilisé ses propres mots pour parler de sa passion dévorante, il se serait fait jeter très vite comme un malpropre, dans ce petit monde aseptisé, ou nous nous proposions d’intervenir. Nous convînmes donc qu’il s’agissait simplement de lancer un petit feu d’artifice éphémère, sans lendemain. Cela ne pouvait aller plus loin. Mais que ce feu d’artifice devrait être assez remarquable, assez consistant pour que les gens en soient impressionnés.

     

    Ce n’était donc pas facile.

     

    J’ai dû lui faire admettre que fioritures et métaphores étaient indispensables, afin d’allécher, sans effrayer. Juste alimenter les rumeurs, éviter un lynchage trop rapide.

     

    Il avait besoin de ma collaboration pour avoir quelques chances de durer. J’avais besoin de lui pour oser.

     

    On a bien rigolé pendant tout ce temps de préparation. Attentif à mon travail, sachant ce qu’il voulait, il m’aidait, par ses critiques, à faire le point sur moi, sur mes propres désirs, et mon travail sur l’écriture s’en ressentait.

     

    Cette phase de préparation ludique d’un canular virtuel, m’a donc beaucoup intéressé. Je m’y suis plongé à fond. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer. L’aventure est parfois, comme on dit, au coin de la rue…

     

    Enfin, nous parvînmes à nous mettre d’accord sur le projet ci dessous.

     

     

    CV de Jonatan

     

     

    Avant de prendre contact avec moi, lis attentivement ce CV. Il se peut qu'ensuite, l'envie de me connaître, te soit passée...

     

    J’ai débarqué ici par hasard. En naviguant sur la toile, comme on dit.

     

    Veni, Vidi et…

     

    J’ai reçu des messages, inodores, incolores et sans saveur, j’ai consulté pas mal de niaiseries largement étalées en couleurs criardes et clignotantes dans des CV sirupeux. Je me suis farci pas mal de platitudes et j’ai fini par vomir toutes les sucreries que j’ai ingurgitées...

     

    Toutes ces conneries m’ont foutu en rogne. Alors, avant de me tirer, je me suis dit:

     

    Pourquoi ne pas essayer de filer un coup de pied dans cette fourmilière ? De relever un peu les jupes de ces bigotes patronnesses…. juste pour semer un semblant de panique dans ces chaumières qui suent l’ennui !

     

    Il sera toujours temps, après, de zigouiller cet avatar virtuel qui ne ressemble à rien.  

     

    Donc, en vrai, je suis un mec, ni beau ni moche qui aime s’amuser et, devrais je dire, qui n’aime que ça. Comme dirait, Monsieur de La Palice, tout ce qui ne m'amuse pas, m’ennuie profondément.

     

    Mais ici, dans ce plat pays virtuel, comment faire pour s'amuser un peu?

     

    Sûrement pas en trichant pour se faire un maximum de thunes, et encore moins en respectant les règles du jeu.

     

    Ou que vous soyez, quoi que vous fassiez, les amis, si vous voulez vous emmerder vraiment, respectez les règles !

     

    Alors, j'ai décidé de jouer selon mes propres règles. Et mes plaisirs préférés, ce sont les ébats amoureux !!!!!

     

    Certes, je vais en indisposer plus d'un, ou plutôt plus d'une, mais qu'importe !

     

    Je vais, mesdames, (les messieurs, ici, je m'en fous) vous faire part de mes désirs les plus fous dans lesquels vous jouez le rôle principal.

     

    Involontairement sans doute, mais au moins, dans mes fantasmes débridés, vous êtes toujours consentantes, et cela me convient tout à fait.

     

    Ils sont nombreux et variés, aussi n'en évoquerais-je que quelques uns.

     

    Mais vous pourrez facilement en déduire d'autres.

     

    ET en rajouter, si vous le souhaitez...

     

    Je suis ouvert à tout.

     

    Vous le découvrirez, en poursuivant cette lecture, si vous êtes curieuse.

     

    Mais avançons...

     

    Si vous êtes encore là, c'est que vous avez accroché.

     

    Ne vous excitez pas trop vite cependant, car à la fin de cette page, il y a de forts risques que je rejoigne d'un clic rageur et scandalisé vos "ignorés" définitifs.

     

    Une des bonnes inventions de ce jeu, ça, les ignorés...

     

    Et puis, il doit bien y avoir dans ce monde virtuel qui se veut ludique, comme partout, des censeurs espions parcourant de leurs petits yeux inquisiteurs, les petits CV, pour la plupart bien innocents,  afin de s'assurer que tout les petits stroumpfs du village respectent bien la courtoisie et les bonnes moeurs. Petit, petit, petit….

     

    Ah! J’oubliais...encore un petit point à préciser...

     

    Vous ne trouverez pas, à la fin de ce CV, des images sucrées et dégoulinantes, des gifs animés à l'eau de rose, piqués sur Internet…Exit aussi les bons sentiments, les remerciements pour les "amis". Pas de musique non plus à la Christophe Mae ou je ne sais quel roucouleur à la mode. Aucun romantisme à la Barbara Cartland. Pus de famille aimante et adorée - qui -  est- tout - pour- moi- et que je me l'aime, ma petite famille...lol Enfin, vous ne saurez rien du petit dernier qui babille gentiment dans son berceau et que sa maman adore...

     

    J'en ai terminé, je crois, avec les préliminaires.

     

    Et maintenant, Droit au but !

     

    Cérébral, je cultive les fantasmes...sexuels de préférence, avec amour et persévérance. Non seulement ça me chatouille dans mon lit avant de m'endormir et en me réveillant mais aussi en prenant mon petit déjeuner.

     

    Ou encore sur mon balcon, sous la douche, dans la cuisine, la salle à manger, les toilettes pour dames, les escaliers, les ascenseurs, les caves et même, les placards à balais !

     

    Je fonctionne aussi en extérieur, dans la rue, les cafés, les cinémas...

     

    J'aime batifoler sur les plages, dans la neige, les sous bois, derrière les hangars ventilés, à l'abri des grandes poubelles municipales ou encore au milieu des gravats. 

     

    J'apprécie enfin les salons d'essayage, les petites voitures, les minibus...le train et l'avion.

     

    J'allais oublier…

     

    Le top !  Les églises ! Ah les églises....

     

    Quoi de plus jouissif en effet que de palper amoureusement, devant une icône que l'on imagine animée et scandalisée, un joli petit Mont de Vééééééééénus bien duveteux, sous la fine toile d'une mignonne petite culotte dont on sent l'élastique souple glisser sur le dos de sa main…

     

    Regardant ensemble, dans une même direction les yeux vers son visage d'ange qui lève les siens au ciel d'indignation, on se caresse mutuellement devant ce visage de  pierre, dont une perçoit une larme qui perle, là, sur la pommette droite...

     

    On se fait plaisir, nous deux, quoi ! On se laisse aller,...

     

    Hummmmmmm !!!!  Que c'est bon !

     

    Regarde, chérie ! Comme elle est belle, la Madone ! Sais tu, au fond, qu'elle nous envie,?

     

    Excitation 20.000 volts garantie!!!! 

     

    Et, sortant du cloître, lieu saint et momentanément profané par les vilains touristes que nous sommes, on se paye une tranche de franche rigolade !

     

    Je vous le dis ! Le pied ! Avant, pendant, après...

     

    L'essayer, c'est l'adopter.

     

    Une anecdote ? Pourquoi pas ?

     

    Les petites histoires vécues parlent souvent plus qu'un long discours...

     

    Un jour, je forniquais ferme avec une fille extraordinaire !

     

    Un....hum ! Derrière, mes amis,  (restons courtois car la vulgarité n’a jamais rien ajouté au plaisir) exactement comme je les aime...

     

    (Si vous voulez des précisions, je les fournirai en annexe et sur demande lol )...

     

    Ça faisait un moment que nos ébats faisaient monter ma tension et la température ambiante.

     

    J'étais tellement excité, tellement fasciné, par l’ovale parfait de ma petite amie, à quatre pattes sur le lit, que, subitement, marquant l'arrêt comme un épagneul breton qui s'apprête à lever un faisan, je me suis précipité vers le tiroir le plus proche pour m'emparer d'une pile électrique, que je savais placée là.

     

    J'ai braqué violement le faisceau lumineux...exactement à l'endroit que vous devinez, mesdames! (Je précise qu'il faisait grand jour...), cherchant obstinément l'ouverture cachée, le piège possible, le coté face du coté pile,....

     

    « Pas possible ! » pensais-je. Il y a forcément une issue secrète qui protége encore plus de trésors! Mais où se trouve donc le mécanisme déclencheur ?

     

    C'était trop beau, vous comprenez, pour ne pas avoir de doutes pour ne pas se sentir frustré et exclu d’être à l’extérieur ?

     

    Image irréelle, magique, aspirante, vertigineuse ! Mystère divin de l’anatomie féminine ! Y avait forcément un truc ! Oui, mais lequel ?  Vous imaginez mon désarroi...

     

    Mon adorable amie, complètement dans les vapes, a retrouvé alors, brutalement, ses esprits.

     

    Elle s'est retournée et m'a fixée, un moment, étonnée. Puis brusquement elle a éclaté d'un grand rire, quand elle a compris ce que je faisais. Un rire sonore qui a soudain rempli la pièce. Un de ces rires comme je les aime. Un rire, qui a aussi, malheureusement, rompu le charme...

     

    Je pense que mon visage congestionné devait avoir effectivement de quoi surprendre.

     

    Elle a tellement ri que j'ai eu peur qu'elle n'étouffe. Je ne peux pas vous le décrire véritablement.

     

    J'ai adoré ce rire. Nous avons découvert ce jour là, ensemble, une chose merveilleuse: La complicité. C'en est devenu un souvenir inoubliable, entre nous. Parfois, on se rencontre dans la rue et, invariablement, on se marre.

     

    C'est y pas beau ça ? N'est ce pas une belle histoire.. lol ?

     

    Vous êtes encore là ? Parce que je peux m'enfoncer plus avant, si vous y tenez...

     

    Mais non ! Je m'arrêterai là.

     

    Pourquoi ? Parce que maintenant, vous devez, mesdames et mesdemoiselles, avoir une petite idée du gentil garçon à qui vous avez affaire.

     

    Aussi, celles d'entre vous qui m'écriront encore des fax, y regarderont à deux fois avant de me balancer des gentils bisous et autres niaiseries de ce genre.

     

    Vous serez sans aucun doute peu nombreuses, mais j'ose espérer que la qualité sera au rendez vous.

     

    Vous qui aimez le sexe, et le plaisir innocent qu’il peut procurer, à condition de lui rendre véritablement hommage, vous qui songez à vous éclater sans fard, en confiance, avec un partenaire digne de vous (hum !)... Vous qui êtes en mal de sensations fortes...Vous qui ne rêvez que de vagues frémissantes le log de votre échine, parcourant en tout sens votre corps convulsé de jouissance…Vous qui aimez les soubresauts du coeur, les étreintes passionnées...

     

    Vous qui savez qu'il n'y a que des instants de bonheur et qu'il faut les saisir lorsqu'ils se présentent...Venez à moi lol...

     

    Nous ferons de cette morne plaine un paradis ou le sexe régnera, joyeux et libérateur...

     

    Oui, bon, ça va ! Je le sais que je rêve ! Mais que c'est bon !!!!

     

    Avez vous quelque chose d'autre à me proposer ?

     

    Oui, bien sûr. Il y a aussi le genre..."Main dans la main, les longues promenades", et ici, c'est plutôt ce genre là qui domine...

     

    C'est pour cette raison que je me dois d'éliminer du monde...

     

    Celles qui sont encore là et qui me liront jusqu'au bout seront sans doute les plus drôles, les plus vivantes, les plus curieuses, les plus pétillantes...

     

    Derrière un pseudo, parait-il, (j'ai lu ça dans quelques CV bien pensants) peut se cacher un pédophile libidineux à l'affût des petites filles...

     

    Certes... Et bien, ce n'est pas moi !

     

    J'aime trop le système pileux brun ou blond de ces dames camouflant leur trésor… Voir, - l'origine du monde - selon Courbet et planqué chez LACAN, ce sacré coquin lol  pour désirer l’austérité aride du pubis dépourvu d'ombrage d’une impubère. Perdu sur le mont chauve !... Quelle horreur !

     

    Je préfère l'abri des douces vallées de vos cuisses, protégeant mon unique port d'attache, mon unique oasis, mon unique refuge, mon moelleux oreiller.

     

    Celui sur lequel je me lovais, juste sorti du nid et qui me tiendra chaud, jusqu'au jour de ma mort.

     

    Je m'y vautre avec délices, écartant de mes doigts délicats les brins soyeux de votre toison douce, admiratif et impressionné, toujours.

     

    Et ma langue, alors...si vous saviez comme elle est longue, fine et pointue...

     

    Et mon...  Bref !

     

    Vous commencez à y croire ? Alors ? Libidineux ? Moi ?

     

    Non ! Certes non ! Paillard, égrillard, jouisseur, passionné, joueur,  Oui, cela, je le revendique! Mais à ciel ouvert ! Sans malice et sans tromperie !

     

    Je crois entendre celles qui sont parties bien avant d’en être arrivé là :

     

    Mais va donc voir les prostituées ! Ici, 24h sur 24 on ne joue que: " La petite maison dans la prairie" ! Oui, je suis allé les voir, ces dames. Evidemment que j’y suis allé. Comment faire autrement pendant les périodes de « vaches maigres »….

     

    Mais les pauvres !...

     

    Avec tout le respect que je leur dois, elles qui au moins annoncent clairement la couleur, qui vous épargnent bien des hypocrisies, je dois dire que je ne suis pas fan.

     

    La tarification du sexe ne me gêne pas. Payer, c'est normal. On finit toujours, de toute façon, par payer.

     

    Mais, quelle tristesse, bon sang ! Elles en ont vu passer, les filles dites "de joie" dans leur petit négoce... Des tarés en tout genre et de tout acabit.  Comment pourraient elles prendre, après ces passes ternes et à répétition, quand elles ne sont pas violentes,  encore du plaisir ? 

     

    Pour les moins abrutis de ces clients  pressés, qui payent et qui se croient donc tout permis, pas de partage possible. La pauvre fille n'a pas son mot à dire. Elle subit, et c'est triste…..C'est le sexe triste….C'est aux antipodes de ce que je recherche.

     

    Passons, ça me démoralise !

     

    J'attends donc les réponses de celles qui m’ont suivi jusqu'ici... Ne vous précipitez pas. Je ne pense pas qu'il y ait....La queue....lol Un gros poutou virtuel ! Au bon endroit, bien entendu !!!!

     

    Un dernier mot :

     

    Attention ! Ce CV n'est pas un canular ...

     

    Je vais donc attendre encore un peu mais sans trop espérer....

     

    ---------------------------------

     

     

    C’était un bon compromis. Je pense que je m’étais « lâché » comme disait Jonatan, et lui, il avait dit ce qu’il avait à dire.

     

    Les réactions n’ont pas tardé.

     

    Dans le forum du jeu, à la rubrique « Les CV choquants », (car il en existait déjà, bien entendu) elles ont fleuri comme des jeunes pousses au printemps….

    Je dois le reconnaître. Moi, Julien le doux, le tendre… C’était plutôt choquant ce Cv que je venais d’écrire. Comment avais je pu, d’ailleurs, l’écrire ? 

     

    En fait, je n’étais pas honteux. Plutôt content. S’il y avait de moi dans Jonatan il y avait aussi du Jonatan en moi.

     

    Et puis ce n’était pas bien grave. Juste un canular… Mon ami, bien entendu, devait me tenir informé au jour le jour des retombées. C’était dans le pacte conclu entre nous.

     

    Tout d’abord, je vous livre, sous couvert d’anonymat des personnes, quelques  réactions significatives, publiées sur le forum, après correction des fautes de frappe et parfois d’orthographe…  hum ! hum ! Mesdames, relisez vous !

     

    -----------------------------

     

    - Très urgent : Regardez le CV de Jonatan! Il faut immédiatement le supprimer

     

    - Les filles, ne dites pas son nom ! N’allez  pas lui faire de la pub !

     

    - Moi je le trouve choquant et dérangeant pourtant je ne suis pas prude mais il y a des limites à la provocation….

     

    - Oui, en effet. A signaler aux modérateurs du jeu, je pense…

     

    - Je viens de le lire aussi. A bannir le plus vite possible. Vite ! Vider ce CV outrageant pour nous et surtout pour les enfants qui sont sur ce jeu.

     

    - Je viens de lire le long CV de jonatan. Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant la dedans et même pour les enfants! Au début, il exprime son ressentiment sur le jeu, ben faut le laisser. Chacun pense ce qu'il veut. Pour la suite, il n'est en aucun cas vulgaire, c'est écrit dans un langage métaphorique. Sa rhétorique me rappelle un peu celle de Régine Desforges. Un gosse de 13 ans ne pourrait pas comprendre les subtilités de son langage. Il n'emploie aucun mot grossier comme dans d'autres CV. Franchement il n’y a rien de choquant là-dedans.
    La plupart des enfants de 13ans regardent les experts ou autres séries US hyper violente ou jouent à des jeux vidéo bien plus violents!!! Même si je n'accroche pas à ce genre de littérature, les phrases sont bien tournées et ça du lui prendre un temps fou à écrire ça...


    - Je viens moi aussi d'aller jeter un oeil sur le CV en question.  Pour le début,  j'adore son approche cynique. Pour la 2ème partie, je trouve qu'il fait de belles métaphores, bon, peut être quelques mots à censurer et on pourrait le classer a coté de Régine Desforges, dans le rayonnage de la bibliothèque. Avez vous lu Regine Desforges ? C'est le même genre de récit, et pourtant dans les bibliothèques publiques ou librairie, ses livres sont en vente libre....

     

    - Je ne suis pas vraiment d'accord...et je m'explique: Lorsque tu vas dans les librairies et que tu achètes ce genre de littérature, tu le fais consciemment. En règle générale tu y es même allé exprès. Là nous sommes sur un jeu, où il y a des joueurs très jeunes, qui ne s'attendent pas à ça, en aucun cas. Et si ses métaphores peuvent être jolies pour un public adulte, elles sont assez explicites pour êtres comprises même des enfants de 13 ans. Si ma fille était sur le jeu et que je venais à apprendre qu'elle est tombée sur un CV comme ça, franchement je serais assez énervée.

     

    - Je suis d'accord avec xxxx. J'ai aimé aussi son approche cynique et je n'ai pas trouvé le reste choquant. D'autre part, je me demande si un jeune aura la patience de lire ce CV jusqu'au bout, il le trouvera plutôt barbant à mon avis

     

    - Il y a quelque temps j'ai reçu un fax de la part d'un mec qui expliquait qu'il avait un blog ou il écrivait ses textes, dont certains érotiques. Si on le souhaitait on pouvait aller lire. Je trouve que sa démarche était bien plus adaptée pour un site de jeu tout public. (Parlerait elle de moi, cette dame ? Du gentil petit Julien et de son blog? Ce serait amusant...non ?)

     

    - Hier soir je suis "tombée" sur lui. J'ai lu tout son CV et il ne m'a pas choqué non plus. De toute manière, débattre la dessus ne servirait à rien, chacun sa façon de voir les choses

     

    - Je sais pas si les québécoises sont plus difficile à choquer lol,  mais rien dans son CV ne m’a choquée Je lui ai envoyé un message et je suis devenu fan de lui pour la manière dont il joue avec les mots etc...


    -----------------------

     

    Moi, je suis assez d’accord avec tout ça. Au moins ces dames et demoiselles sont elles sincères et donnent leur point de vue, franchement. Certaines sont indignées, scandalisées, d’autres sont enthousiastes, d’autres enfin sont plus mesurées. Tout cela me parait très représentatif de ce que l’on rencontre, habituellement, dans les débats.

     

    Mais voilà ce que Jonatan en pense, lui. Il m’a demandé de rédiger et d’ajouter à son CV ce petit additif.  Encore une fois, il a fallu que je lui fasse plusieurs propositions avant que nous tombions d’accord sur un texte.

     

    Le voici :

     

    --------------------------------

     

    Depuis la publication de ce CV, les fourmis s'agitent dans le bocal du forum... C'est bien. J'ai atteint en partie mon but. "Oh, là, là, il exagère, quand même ! Mais que fait il dans ce jeu s'il s'y emmerde autant ?"

     

    Je fais ici, les filles, ce que je fais dans la vie…Je déconne.

     

    J'envoie des coups de pied dans les bosquets bien protégés de votre petite cité paisible et bien pensante, coups de pied au demeurant assez travaillés, convenez en ! Je vise, tentant de toucher au cœur ou du moins de m’en approcher le plus possible, dans la mesure de mon petit talent d’écrivaillon.

     

    J'en reçois aussi bien entendu en retour, des coups de pied, ce qui est de bonne guerre !

     

    Avouez que c'est quand même plus intéressant que de fabriquer du pain et des gâteaux dans vos fours à la con…mesdames les cantinières…

     

    Ne soyez pas hypocrites...lol.

     

    Et vos chères têtes blondes pour lesquelles vous vous inquiétez ?

     

    « Vous vous rendez compte si elles tombent sur un CV pareil ? "Ma petite fille qui a 13 ans et qui risque de lire ces insanités !!! Pouah ! Il faut se débarrasser de ce malotru!"

     

    Mais elles s'en foutent vos chères petites têtes blondes ! Elles ont beaucoup mieux que ça, à se mettre sous la dent... À l'insu des autorisations parentales, bien entendu.

     

    Mon Dieu ! Que les mamans peuvent être stupides, parfois...

     

    Le monde est fou, les filles ! Vous ne le saviez pas encore ?

     

    Alors, le style, voyez vous,  c'est tout ce qui me reste et c’est tout ce qui compte....

     

    Faire du sexe, objet lourd et peu maniable, par excellence, un léger matelas de plumes sur lequel on s'éclatera jusqu'à l'éternité !!!...ça me plait assez !

     

    Continuez à polémiquer les filles, c'en serait presque jouissif...

     

    Parce que, figurez vous que je vous vois, toutes, avec vos mimiques outragées, égrillardes, ou, c'est vrai pour les plus intelligentes à mon sens, indifférentes.

     

    Je vous vois, derrière votre écran. Et je prends mon pied au spectacle que vous m'offrez !

     

    But atteint…mais en partie, seulement. Ne reste plus qu’à l'une ou l'autre d'entre vous, mes douces petites chattes, a venir me rejoindre dans mon antre, pour que mon bonheur soit complet lol… C'est quand même mieux, comme espérance, que d'attendre qu'une carcasse de viande soit cuite à point non ?

     

    Respecter les règles, c'est se traîner dans un no man's land stérile intitulé "Waterloo morne plaine". Les détourner, et du coup inventer ses propres jouets, c'est cela la vie, c’est cela qui est excitant !

     

    Si vous n'êtes pas trop coincées, suivez mon conseil lol...

     

    Je lève mon verre....Au plaisir !!

     

    ----------------------

     

    Je n’ai pas pu résister à l’envie de fourrer mon nez dans la discussion des filles, sur le forum.

     

    Je m’y suis glissé subrepticement et j’ai laissé un petit message :

     

    - Juste une petite remarque en passant....Je ne suis pas un habitué du forum. Comme je connais un peu Jonatan, je voulais juste dire ceci. Je suis jaloux.... Ce mec écrit mieux que moi... Julien.

     

    Et l’une de mes copines, que j’aime bien, qui parcourt parfois mon blog, m’a répondu gentiment ceci :

     

    - J’adore tes récits et je prends plaisir à les lire. Tu n'as aucune jalousie à avoir, tu manies aussi bien les mots. Seulement ce n'est pas le même style de littérature. Disons que je lis tes textes à ma fille qui essaye d'en comprendre la morale, alors que les textes de Jonatan je ne les lirais certainement pas à ma fille.

     

    J’ai adoré. Vous comprenez sans doute pourquoi.

     

    Je voudrais revenir tout de même sur ce que j’ai écrit plus haut, en matière de boutade dans le forum. « …Ce mec écrit mieux que moi »…Curieusement, je le pense vraiment. Quand j’écris pour Jonatan, ou que je réponds pour lui à ses messages, il me semble que ma plume est plus légère, alors même que les mots sont plus crus. Ils viennent plus facilement et me paraissent plus vivants. Il me semble que je suis davantage moi-même. Comme si Jonatan me libérait d’un poids…. Comme aurait dit Pierre Desproges : « Etonnant, non ? »…

     

    Une autre copine, à qui j’avais conseillé de lire le CV de Jonatan, mais qui, elle, me connaît mieux, m’a envoyé le message suivant:

     

    - En ce qui concerne Jonatan, il te ressemble beaucoup, je trouve. Je suis étonné que personne ne s’en rende compte ??

     

     J’ai répondu :

     

    - Qui me connaît vraiment ici ? A part toi !

     

    Pendant ce temps, je continuais de rédiger des réponses aux messages nombreux que recevait mon ami. Parfois, c’était facile, d’autres fois, un peu plus compliqué, car Jonatan ne laissait rien passer. Il supervisait mes écrits avec toujours, beaucoup d’attention. Ce qui me convenait tout à fait, car, ce faisant, j’apprenais beaucoup.

     

    Un joueur, qui avait bien aimé le CV de Jonatan a demandé à ce dernier qui était et comment s’appelait  la fille à la pile électrique dont je racontais l’anecdote.

     

    J’ai du improviser…. L’anecdote était authentique, mais aucun souvenir du prénom de ma copine d’alors…

     

    Je lui ai répondu qu’elle s’appelait Marie Charlotte, que le seul fait de prononcer son prénom à voix haute, provoquait en moi une érection subite…. lol… qu’elle était un être de "chair" et de charme... Pas un personnage virtuel. Une aventurière, une curieuse de vie. Qu’elle prenait des risques. Qu’elle était  tombée souvent. Que j'avais été son amant et son ami, ce qui, pour moi, représentait un engagement réel etc….

     

    Je ne parvenais d’ailleurs pas à répondre à tous et à toutes. Jonatan était très sollicité. Injures, compliments, tout se mélangeait dans sa boîte à lettres. Nous élaguions…

     

    Et puis, comme les soufflets qui, en refroidissant se dégonflent, la surface du lac redevint lisse et transparente. Les scandales ou les rumeurs sont comme le feu sous la braise, il faut souffler dessus sans cesse. Chaque jour, rajouter de nouveaux développements de nouvelles surprises afin de ne pas tomber dans l’oubli.

     

    Mais, pour Jonatan et moi, ce n’était pas le but recherché. Nous nous étions comporté comme ces gamins qui font des blagues aux adultes, et qui se planquent pour observer les retombées.

     

    Puis, ils passent à autre chose, à d’autres jeux. Jonatan n’a pas été exclu du jeu. Trop d’avis partagés le concernant.

     

    Les modérateurs du jeu n’ont pas tranché. Délicat. Ils ont laissé faire. Ils ont attendu que ça passe en suivant sans doute d’un œil attentif les comportements du malotru. Ils en furent pour leurs frais car mon ami n’a pas cherché à en rajouter davantage.

     

    Insister ne faisait pas partie de son vocabulaire. Et donc, comme il fallait s’y attendre, pas de joli minois pour partager quelques festins amoureux et arrosés. Pas de créature de rêve, prête à se risquer dans le feu d’une aventure trop folle et trop illusoire dans sa présentation, pour être réellement sans danger.

     

    Le chasseur sait que l’affût n’est pas souvent récompensé. « Ce qui rend la prise plus belle », m’avait répondu joyeusement mon ami, jamais en mal de répartie. Moi, l’anonymat, je ne l’avais quitté qu’un court instant, en devenant lui.

     

    Il m’est resté de cette aventure, un goût amer. Pourquoi faut il toujours, pour sa sécurité, s’avancer masqué ?

     

    Avant de rencontrer Jonatan, je ne vivais pas heureux, non, mais je me tenais à l’abri. J’avais, comme tout le monde, construit mes murailles d’homme respectable, posé et gentil.

     

    J’écrivais des histoires sans piquant, sans relief, sans arête, ne voulant effaroucher personne, et par là même, sans intérêt.

     

    Jonatan avait décidé d’enlever le masque. Je l’avais aidé, et je m’étais aperçu par la même occasion que, grâce à lui, je me sentais mieux, plus libre, plus MOI !

     

    Quand Jonatan m’a quitté, je me suis retrouvé à la case départ, amputé d’une partie de moi-même. Une partie oui, un moment dévoilé, puis, brusquement reprise….

     

    J’ai compris alors que plus rien, désormais, ne serait plus pareil. Je devrais vivre avec la sensation de n’être qu’une moitié d’homme, un « j’ », et que c’était, sans doute, normal.

     

    Je me prenais à envier ceux qui parviennent à se glisser dans des certitudes immuables…et qui se fâchent lorsqu’on les remet en question… La foi….

     

    J’enviais le leurre qui, nous voilant la face, nous permet d’accepter.

     

    Le mot de la fin, c’est Jonatan qui l’a eu. Il m’a dit en me quittant :

     

    - Tu te souviens ? On avait évoqué Jekill et  Hyde… En fait, ils n’existent pas séparément. Rien n’est blanc, rien n’est noir, tout est gris. Chaque fois que nous choisissons de montrer notre face blanche, il faut penser en même temps qu’en nous est tapie la face noire, et réciproquement. Autrement, nous ne sommes pas crédibles. Ça permet aussi de ne pas se prendre au sérieux.  C’est pour cette raison que j’ai choisi de déconner. De m’éclater. Nous sommes des pantins, Julien. De ridicules pantins ! Alors, vas y ! Ouvre les vannes !

     

    Vivons à cent à l’heure ! Et, dés que ça ralentit, poussons à fond sur l’accélérateur. Je préfère une vie courte et pleine à une vie longue et triste. Mais chacun ses choix. Tu sais…L’amour fait couler beaucoup d’encre, rarement du sperme. Sauf que toi tu as choisi l’encre, et moi le sperme. Et c’est vrai que j’en perds rarement, du sperme, c’est vrai ! Il n’empêche que je sens bien que tu louches du côté du sperme et moi, je t’avoue que j’aurais bien aimé pouvoir écrire seul mon CV….

     

    On est pareil, au fond, tous les deux. Bien sur qu’on est pareils. Et tout le monde est pareil…

     

    Peu importe, au fond. Tout ça ce sont des mots, rien que des mots !

     

    Je t’aime bien. Salut ami !

     

    ------------------------@-------------------------

     

    Sans doute l’avez vous déjà deviné….Jonatan n’a jamais existé ailleurs que dans l’imagination de Julien, qui, lui-même, se demande parfois s’il est bien réel

     

     

    -------------------------------------------------

     

    « Œil de NuitPartons à la dérive... »

  • Commentaires

    1
    spacefic
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 04:13
    Merci de ta visite et de ton commentaire sympathique, Amicalement - Julien
    2
    Julien Daumange Profil de Julien Daumange
    Dimanche 22 Novembre 2009 à 13:29
    Merci de ta visite et de ton commentaire sympathique, Amicalement - Julien
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :