• Echange (1) - La plus jolie fille de la ville

     

    Echange (1) à propos de la nouvelle la plus jolie fille de la ville

     

     

    - Je vais t'envoyer une nouvelle magnifique dans ton mail Nelly... Elle s’intitule « La plus jolie fille de la ville »… Tu me diras... je penses que tu aimeras...

    - OK….Voila, J'ai lu le texte ...

    - Et..........

    - Et c'est impressionnant... J'en ai eu une boule au ventre. En parlant de lien complexe entre les individus j'ai été servie là ... mais c'est de qui ?

    - C'est de Charles Bukovski, une nouvelle des "Contes de la folie ordinaire" Mais pourquoi parles tu de liens complexes entre les individus ? Précise stp ...

    - Je ne vois pas bien comment expliquer... Jusqu'à la mort… c'est tout ce qui me vient...

    - Essaie Nelly...réfléchis...tu n'as pas dit cela par hasard. Jusqu' à la mort oui, mais pourquoi cette mort ? As tu été émue et pourquoi ? Qu’est ce qui t'a troublé, qu'as tu aimé, qu'as tu éprouvé comme sentiment ? Tout cela est important pour que j'apprenne à te connaître mieux. C'est en parlant de ce que l'on ressent à travers des oeuvres ou des exemples que l'on parle le mieux de soi... Laisse toi aller a dire ce qui te passe par la tête a propos de cette nouvelle… sans réfléchir forcément, essaie juste de décrire les émotions ressenties… ce n’est pas un contrôle de français lol… Tu viens de réussir ton bac et tu es en vacances… Les tortures c’est terminé… On parle cool… OK ?

    - OK ! Alors moi, je vois une histoire d'amour pleine de folie qui ne se contrôle pas, basée sur l'envie du contraire de soi. Un tel besoin de l'autre qui pousse à la mort, une relation brève mais fusionnelle qui m'a touchée oui. Un lien complexe puisque malgré l'inconnu présent, le besoin de l'autre pousse à des actes incontrôlables...

    - Je ne comprends pas très bien.... On va faire autrement.... D'abord, Cass, la jeune femme, pourquoi se mutile t-elle ?

    - Parce qu'elle a toujours été jugée par rapport à sa beauté. Elle veut la dépasser… être aimée pour elle-même…

    - Oui. Disons les choses simplement et même crûment... Les hommes ne veulent d'elle que son cul, sa plastique, son physique de rêve, son apparence. Ils veulent la sauter et se foutent pas mal qu’un être humain habite ce corps qu'ils désirent... Mais cela c'est le sort de toutes les jolies filles non ? Alors en général, comment les jolies filles réagissent elles face au désir de ces hommes qui ne veulent d’elles qu'un plaisir passager et égoïste ?

    - Dans tous les cas je pense qu'on le vit mal même si on peut profiter de cette situation… Au final il reste la tristesse

    - C'est très romantique comme sentiment mdr !!! mais c’est sans doute vrai... Qu’est ce qui différencie pourtant Cass de ces "autres" jolies femmes, désirées comme de la viande ? Comme elles elle en souffre mais pourquoi elle, n'en profite t-elle pas ?

    - Parce qu'elle a conscience qu'on ne la veut que pour sa beauté, chose qui n'est qu'éphémère ... Elle veut être aimée pour autre chose ...

    - Oui, mais ça, c'est la normalité, ce que toutes les jolies femmes demandent en fait. Cass va plus loin… Elle ne se contente pas de souffrir en silence et de tirer, de temps à autre son épingle du jeu en composant avec cette réalité incontournable, si l’on peut dire… Pourquoi Cass va t-elle jusqu'à se mutiler ?

    - Justement pour voir si l'amour va rester malgré tout ...

    - L'amour de qui ? Des hommes avec qui elle baise comme on s’enivre, ou bien l’amour de celui qui raconte l’histoire ?

    - Je visais les hommes en général mais maintenant que tu poses la question... Pour moi elle se donne à lui justement car c'est le seul qui maintient son désir ... Elle teste donc les hommes.

    - Voila... mais je n’appellerai pas cela un test... je crois qu’au plus profond d’elle-même, Cass ne croit plus a l'amour...Elle ne supporte plus ce corps qui l’a trop fait souffrir. Qui, parce que trop beau, trop désirable, l'empêche d'être aimée pour elle même. Elle se mutile pour le détruire, par désespoir violent et terrible, par excès de lucidité plutôt… Elle punit sa beauté, responsable de sa solitude, de son besoin et de son incapacité a aimer et à être aimée pour l’être humain qu'elle est, profondément. Ne penses tu pas ? Et que ressent elle, par rapport au narrateur ?

    - Oui je comprends c'est vrai. Et pour le narrateur je ne vois pas trop. Pourquoi refuser de vivre avec lui ?

    - Tu n'as aucune idée du sentiment qu'ils éprouvent l'un pour l’autre ? Si c'est moi qui explique, ce n’est pas intéressant car je n'apprends rien sur toi lol tu comprends ? je veux bien te dire ce que je pense mais après toi....ok ?

    - Ok. Alors pour moi le narrateur aime réellement Cass, même si au départ c'est sa beauté qui l'a attiré. Mais je ne suis pas sûre que la jeune fille ai vu ça de la même façon que moi ... Sinon pourquoi refuser de vivre avec lui ?...

    - La jeune fille ne croit plus à l'amour désintéressé des hommes pour elle même. Elle est persuadée que tous les hommes ne cherchent qu'à la baiser. Donc elle se mutile pour les voir prendre la fuite en découvrant les blessures qu'elle inflige à son corps…. Elle leur fait peur parce qu’ils la croient folle. "Manque de pot", si l'on peut dire, le narrateur ne fuit pas. Il l'engueule même, lui disant que ça lui fait mal qu’elle se mutile ainsi, qu'il souffre vraiment de la voir se mutiler. Parce qu’il l'aime elle pour ce qu'elle est, et pas seulement son corps. Au départ, Cass ne le croit pas car elle ne croit plus personne. Mais elle se rend peu a peu compte que ce type a l’air vraiment sincère. Cela la trouble, elle qui pensait dur comme fer, que tous les hommes était identiquement des salauds et des porcs… Sauf que le narrateur n’en est pas un. Comme elle, il est… "spécial". Il a vécu, souffert et il sait ce qu’aimer veut dire. Il est comme elle au fond. Sans illusion mais avec une sensibilité extrême. Il aime sincèrement Cass parce qu’il se retrouve en elle, mais comme elle aussi il a du mal a y croire totalement et donc à s'engager dans une relation. Il hésite trop longtemps et, lorsqu'il se décide a parler, parce qu’il se rend compte qu'il ne peut pas oublier Cass, qu’il l’aime vraiment, il va lui demander si elle veut bien qu’ils vivent ensemble… mais c'est trop tard… Cass n'a pas attendu….

    - Oui je vois… même si avec ma vision romantique j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi il était trop tard... ^^

    - Parce que l'un et l'autre sont des "désespérés" Nelly... Tu as 18 ans, et donc tu as du mal a concevoir ce qu'est réellement le désespoir... Quand on a beaucoup bourlingué dans sa vie, qu'on a vu beaucoup de choses tristes, qu’on a côtoyé trop longtemps la bêtise et la méchanceté, que l’on a souffert de l’égoïsme implacable qui régit les rapports humains et qu’en plus on est hypersensible, quand on a perdu ses illusions, il devient difficile voire impossible de croire encore à un sentiment vrai, durable, solide... Alors on n’ose plus y croire, on hésite beaucoup et longtemps, parce que trop souvent déçus. On ne veut plus souffrir et souvent, comme dans cette nouvelle que l’on commente, cette hésitation va être la goutte d’eau de trop qui a engendré la tragédie de la mort de Cass. Cet homme et cette femme, revenus de beaucoup de choses, n’ont plus la force de croire encore à l’amour, de prendre un nouveau départ, un nouveau train... Il existe ainsi des êtres trop blessés par la vie qui n'osent plus ou qui n’ont plus la force… tu comprends ?

    - Oui oui très bien expliqué.

    - C'est cela qui fait la beauté de cette nouvelle... Tout ce que je t'explique, n'est pas écrit noir sur blanc, explicité, mais se trouve entre les lignes… Je sens ce qui se cache dans les non dits. Dans une lecture, l'émotion naît souvent, non pas de ce qui est écrit, mais de ce qui est sous entendu. Tu vois, cette nouvelle, tu viens de la lire à 18 ans mais si tu la relis dans 10 ans ou dans 20 ans ou dans 30 ans, elle sera toujours là. Elle n’a pas livré tous ses secrets à la première lecture, elle est trop riche de sens pour cela…. Elle est comme une symphonie de Mozart que l’on écoute, que l’on réécoute et qui, à chaque nouvelle audition, livre de nouvelles merveilles que l’on n’avait pas entendues les fois précédentes.

    - Oui je n'en doute pas. D'ici là elle me parlera sûrement plus…

    - Bon, je viens de voir ton dessin Nelly... Il est très juvénile lol...Typique des sentiments très frais, juste sortis de la terre du jardin d'une jeune fille en fleur lol ....Dans un visage sans expression, un peu statufié, de grosses larmes mangent le visage de ton personnage.... A la fois un manque total d’expression, presque de dureté dans les traits du visage que viennent démentir des larmes démesurées... Ne l'aimes tu pas justement parce qu'il est ambivalent ?

    - Si on essuie ses larmes on peut penser que ce qu'elle vient de voir la laisse de marbre, ce qu'elle voudrait d'ailleurs mais elle n'y arrive pas. ( tu remplace le "elle" par" je" et voilà pourquoi je l'aime tellement)

    - Oui, absolument Nelly... Je dois sortir la poubelle et ensuite prendre une douche... dans une réalité, on ne peut plus prosaïque lol... A plus tard ?

    - LOL, oui… à plus tard… Bisous

      Si ce petit échange a éveillé votre curiosité,
    vous pouvez lire l'intégralité de cette nouvelle dans ce blog à cette adresse:

     

    La plus jolie fille de la ville



    --------------------------@------------------------

    « Dis moi pourquoi ? par Vertije et Al CheEchange (2) - L'amour de soi. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :