• Déprime

     
    Déprime

    Déprime…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     

    Novembre.

    Fin d'après midi...

    Dans l'abri de jardin chauffé, assis sur le vieux canapé, je lis Buzzati. Je tiens compagnie à  ma chatte Noirette, roulée en boule sur mes genoux.

    En fond sonore, le concerto pour violon de Mendelssohn.

    Je pose le livre.

    Impossible de lire et d'écouter en même temps.

    « Typique des mecs, ça ! » m'a dit une amie... « Ah, bon ? Parce que vous, les filles..., pas de problème ! »  Elle a rigolé... « Evidemment ! T'as jamais remarqué le nombre de choses que les femmes peuvent faire en simultané ? »

    Bon !...

    Donc, écouter. Rien d'autre !

    Mais l'heure n'est pas à la concentration. En catimini, les pensées affluent par vagues... 

    Tout ce qui est important nous échappe... On ne comprend que des bribes, des morceaux épars... On ne saisit que des bouts de chair, dont nous ne savons la plupart du temps que faire...

    On croit comprendre, on ne fait que survoler...!

    Tristes tropiques !...

    Déprime....C'est à cause de l'hiver qui s'annonce, du ciel couvert, de la nuit qui commence à tomber sur un jour morne et gris...

    La petite chatte noire dort paisiblement sur mes genoux. Je la caresse, le regard perdu sur le mur d'en face. Elle ronronne doucement.

    Mouvement lent du concerto pour violon...

    Je pense aux drapeaux rouges interdisant la baignade sur les plages...

    Pourtant, à la voir comme ça la mer, elle parait calme, sans danger....

    Alors on avance doucement. Les vaguelettes paraissent inoffensives et on prend de l'assurance...Paf ! Soudain, on perd pied...!

    On ne pense pas assez à la partie immergée des icebergs.... Evidemment, comment pourrait-on en prendre la mesure ? Alors on fait comme si... car l'impuissance, c'est insupportable, non ?

    Et pouis, qui dispose en permanence, prés de lui, d'une combinaison de plongée et des bouteilles d'oxygène en quantité suffisante  ?

    Et même ! Qui sait encore à quelle profondeur il convient de descendre pour avoir, ne serait ce qu'une vague idée de l'énorme bloc enfoui dans les profondeurs ?... En surface, ils ne sont pas si impressionnants, mais dessous ?... Bah....

    Noirette, lorsqu'elle me regarde, n'a pas besoin de parler. Ses yeux parlent pour elle.

    Elle a besoin d'amour, comme nous tous... L'amour...Qui sait donner de l'amour, alors qu'il en a tant besoin lui même ?

    Et à quoi sert la parole, s'il suffit d'aimer ?

    A quoi servent ces mots, qui jaillissent trop souvent trop vite, et dont on ignore la portée, les piéges qu'ils renferment ? Et quand on les découvre, ces piéges, il est trop tard. Ils se sont déclenchés et ils ont fait du mal !

    Noirette tourne la tête vers moi et me fixe, interrogative...

    Tout va bien Titine ! Rendors toi !...

    Fin du concerto pour violon et orchestre... Faudra le réécouter...J'étais ailleurs...

     

    ----------------------@---------------------------

     

     

     

     

    « Voulez vous méditer ?La lutte pour la vie »

  • Commentaires

    1
    visiteur_starletteoh
    Samedi 25 Octobre 2008 à 21:56
    eh oui ! tout ce qui est important nous échappe ! comme si notre conscience sélective en plus ne gardait que ce qui nous "pèse".....
    Merci pour ces moments de réflexions Julien !
    2
    visiteur_ju'
    Samedi 25 Octobre 2008 à 22:59
    je t'aime julien...
    3
    visiteur_ta petite l
    Dimanche 26 Octobre 2008 à 19:34
    Eh bien voilà, encore une fois j'ai l'impression que tu parles de moi!!!, je me retrouve dans chacune de tes phrases et de tes mots parfois...
    Je vais me contenter pour l'instant de t'embrasser très très fort et te dire que ... tu n'es pas seul.
    4
    Epicure
    Vendredi 27 Mars 2009 à 09:16
    Alors, nous devons être au moins deux ! Je n'arrive pas à lire et écouter en même temps de la musique ou, vice versa. Parfois aussi, mon esprit s'évade du livre que je tiens en main ou de celui que j'écris, je pars alors avec l'un de mes personnages, un peu à la Tex Avery, je quitte la page à peine noircie.
    J'aime beaucoup ce texte, un pur moment de réflexion

    Au plaisir

    Roland
    5
    MENEGMJFICTIONS
    Mardi 14 Avril 2009 à 07:42
    Nous serions trois.
    Amicalement,
    MJ
    6
    Lou foque
    Mercredi 15 Avril 2009 à 08:28
    Oui, il faut couper le fond sonore car quelle que soit la musique choisie elle ne s'adapte pas forcément à  l'atmophére du texte. Oui, ce serait bien de pouvoir mettre une musique adaptée pour chaque articel. Mais je ne sais pas si c'est possible. Kazeo, l'hébergeur de mon blog ne le permet pas encore , je crois...
    7
    Julien Daumange Profil de Julien Daumange
    Mercredi 15 Avril 2009 à 12:50
    Oui, il faut couper le fond sonore car quelle que soit la musique choisie elle ne s'adapte pas forcément à l'atmophére du texte. Oui, ce serait bien de pouvoir mettre une musique adaptée pour chaque articel. Mais je ne sais pas si c'est possible. Kazeo, l'hébergeur de mon blog ne le permet pas encore , je crois...
    8
    Lillas
    Mercredi 29 Avril 2009 à 14:26
    Je ne suis pas venue depuis un bon moment sur mon blog, mais me voil?e retour.
    C'est toujours un r? plaisir de venir lire tes ?its
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :